Bienvenue à MAE Langue des Signes

 

Qui suis-je ?

Je me présente Frédéric Frébourg. (Voir la vidéo pour mon nom-signe) 

La plus grande partie de ma scolarité s'est passée dans une école de sourds en Bretagne. Et c'est là-bas où j'ai réappris à écrire, à compter et à parler. Je savais déjà marcher et courir.

Et la langue des Signes ? 

Oh, dans cette école, elle était tolérée dans la cour de récréation, à la cantine et à l'internat. Mais pas en classe où elle était quasiment "inexistante".

 

Comment je m'exprime ?

Je suis sourd profond et je m'exprime aussi bien en langue des signes qu'en français écrit. J'ai appris à "parler" dans cette école oraliste. Moi, parler ? Mes sons sont comment dire ? Je ne sais pas parce que je ne m'entends pas parler ! 

Un appareillage auditif ?

Oh ! N'en parlez pas ! Pourquoi demander aux sourds profonds de faire l'impossible, de faire des efforts, de bien s'intégrer dans la société "normale" ! Possible ou pas possible ? A vous de constater !

Parler n'est pas l'apanage des sourds profonds !

Vous, qui lisez cet écrit, êtes convaincu que je ne suis pas dans la norme (parler=non, signer=oui) !

Détrompez-vous. La normalisation est une bêtise humaine. La diversité est une nature chez tous les êtres vivants. Préservons la diversité !

Alors, d'où vient la langue des Signes ?

La langue des signes existe depuis très longtemps. Elle était même acceptée, dans l'Antiquité, par nos pairs entendants. Milan 1880 et les lois de Jules Ferry 1881-1882 l'ont simplement rabaissé. Et selon Platon : "Quelqu'un qui ne parle pas, ne peut pas penser" ; ou Aristote, "Les sourds sont irrémédiablement inéducables".

Ne pas penser ou être inéducable ? 

Je serai donc un animal ! Laissez-moi rire ! Il faut être intelligent pour dire des sordides !

Moi et la langue des signes

La langue des signes est naturelle chez moi, même si elle n'est pas innée, je l'ai simplement adopté pour la vivre au quotidien.

Chez mon premier employeur, je m'ennuyais terriblement devant toutes les bouches qui s'ouvraient et se fermaient à des rythmes discontinus. Parfois, je voyais des postillons lancés à toutes vitesses de la cavité buccale. J'en ai ramassé quelques-uns sur mon visage. Je vous laisse imaginer la suite.

D'un employeur à un autre, quasiment identique ! Je voyais autour de moi des mots tournicoter : dépersonnalisation, insertion, intégration, normalisation, réadaptation, socialisation etc. Stop !

 

Dans le monde familial, professionnel et social, j'ai vu des sourds déprimés, isolés, malheureux avec les entendants. Parallèlement à cela, j'ai vu des entendants ignorer, maltraiter, se moquer des sourds. Comme disait Axel Oxenstierna "L'indifférence est le plus grand des mépris".

Face à cela, il fallait que je me réveille. Comme "Le réveil Sourd en France" d'André Minguy, je ferais honneur à la langue des signes.

S'exprimer en langue des signes est un véritable bonheur que je ne pourrais jamais m'en séparer !

 

Et ?

Je souhaite partager la langue des signes. Mais peu de gens sont intéressés : quelques parents d'enfant(s) sourd(s), des professionnels travaillant auprès des enfants, adolescents ou adultes sourds signants.

Quelques-uns des érudits français comprennent et savent très bien comment fonctionne la langue des signes chez les sourds signants : la psychanalyste, Françoise Dolto, le linguiste, Christian Cuxac, le docteur Jean Dagron, le sociologue, Bernard Mottez, le journaliste, Jean Grémion, l'éducateur, Paul Jouison, l'ethnologue, Yves Delaporte, et bien d'autres. 

Malgré la loi du 11 février 2005 " Loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées", la langue des signes est restée timide, à la limite de la découverte pour certaines autres personnes. Question N° 21067 du 2 juillet 2019 : « la loi reconnaît à la langue des signes française (LSF) un statut de langue de la République au même titre que le français », il n'en demeure pas moins qu'elle n'est pas officiellement reconnue comme langue officielle de l'État français.

Comment partager la langue des signes ?

En créant mon auto-entreprise en juillet 2011, je dispense la langue des signes à toutes personnes qui y sont intéressées : enfants, adolescents, adultes ; et aussi les familles, les établissements administratifs, les entreprises etc.

 

Comment garder les acquis de la langue des signes ?

En 2016, j'ai créé des vidéos représentant des histoires drôles, du lexique etc. afin que tout le monde puisse accéder gratuitement à cette langue.

Et concrètement, est-ce insuffisant ?

C'est pourquoi j'ai créé, en 2019, des Café-Signes, des ateliers LSF pour que la langue des signes soit réelle, vivante et moins invisible !

Et de nos jours ?

Depuis début 2020, le plus minuscule des microbes "coronavirus" chamboule la Terre toute entière ! Des  confinements et des couvre-feux, les gens restent à la maison. Parallèlement à cela, la langue des signes attire des curieuses/curieux de toutes parts.

Et vous, vous avez envie d'apprendre, lancez-vous sans attendre ! 

 

La langue (orale ou gestuelle) est un des outils de communication.

Personne n'est propriétaire d'une langue, c'est un patrimoine culturel de l'humanité. 

Voir aussi : https://youtu.be/yOwHN2Cwy8E

le 15 février 2021

Fr%C3%A9do_201509_edited.jpg

Depuis la mi-février 2021, MAE Langue des Signes propose des cours et des Café-Signes en visio.