article paru dans L'Écho sarthois du 21 mars 2019